Comment devenir le héros de sa propre vie

Figurez-vous qu’il n’est nullement question d’avoir de super-pouvoir, ou encore de porter des collants avec une cape ni d’avoir un compte en banque à sept chiffres – bien que ça peut avoir un impact réel sur les aspects pratiques de la vie : devenir le héros de sa propre vie réside dans la confiance et la mission que l’on s’attribue.

Qu’il est bon de sentir l’aura de la confiance nous envahir et nous permettre d’avancer à travers les obstacles et les dangers de la vie.

Aujourd’hui, j’accepte l’entière responsabilité de ma vie.

Je m’attribue mes échecs et mes succès.

Je me sens le héros de mon avenir…

Il n’en a pas toujours été ainsi… parce que devenir le héros de sa propre vie demande de changer de dimension, de se projeter loin dans son futur. C’est un travail qui demande énormément de rigueur, de patience, d’humilité. Parce cela vous amène à voir le futur autrement.

Alors si vous visez cette envergure, posez-vous cette question :

Qui est le héros de votre vie ?

Pourquoi cette question ? Parce que si vous répondez, ma mère, mon père, mon meilleur ami ou encore Batman…

C’est que vos attentes en vers vous-mêmes ne sont pas assez élevé. Ce qui veut dire que vous reportez toute votre réussite sur des facteurs dont vous n’avez aucun point de levier.

La seule réponse à donner à cette question est : vous, bien sûr.

C’est peut-être égoïste de dire cela. Mais le jour où j’ai compris que le seul levier que je suis certain de pouvoir actionner était moi-même. Ma vie a changé d’envergure. Et elle changera pour vous également, soyez-en sûr.

Être le héros de sa vie ne s’improvise pas. Vous ne pouvez le trouver dans la rue, ni même l’acheter.

« Soyez vous-même, les autres sont déjà pris », disait Oscar Wilde, nous invitant à nous rappeler que chacun d’entre nous est unique en son genre !

En continuant à subir votre vie de la même manière, vous arriverez forcément au point auquel vous parvenez déjà, aujourd’hui. Mais est-ce vraiment ce « héros » que vous voulez être ?

« Nul ne sait de quoi sera fait le prochain changement, quelles occasions inespérées surgiront soudain, attendant depuis des mois ou des années de pouvoir transformer le cours de nos vies. » Kathleen Norris

Je vous propose ici 4 axes de réflexion pour prendre en main votre avenir et vous auto-diriger. Que le voyage commence !

UNE VISION DE L’AVENIR

Pour devenir le héros que vous aspirez à être, vous devez avoir une raison pour le faire. Vous devez garder à l’esprit pourquoi vous le faites et pourquoi c’est important dans votre vie.

Pour cela, la première étape consiste à vous transporter dans le futur. Votre futur. Rien n’est pire que naviguer sans but.

Comme le dit l’auteur Madeleine Chapsal : « il va falloir rêver, car, pour que les choses deviennent possibles, il faut d’abord les rêver. »

Quel héros voulez-vous être ? Pour le décider, vous devez vous projeter dans l’avenir. Une vision claire et précise de qui vous êtes et de qui vous voulez être, permet de savoir concrètement ce que vous devez améliorer dans votre vie.

La vision détermine donc ce que vous voulez faire ou atteindre.

Assignez-vous un grand défi

Il est facile de dire à une personne qu’il lui faut une vision. Oui, il est facile de conseiller à n’importe qui – un collègue, un meilleur ami, un client, un frère ou une sœur – d’avoir une vision. En fait, pour lancer le processus, il vous faut une bonne raison de le faire. Il faut un défi susceptible pour vous enthousiasmer, quelque chose de grand, d’existant ou de vertueux.

Cela a l’air simple, et ça l’est, mais pour la plupart d’entre nous, nous sommes des gens raisonnables avec une ambition limitée dans le temps. Il n’y a aucun but semblable à l’Everest capable de nous arracher au confort de notre lit douillé pour escalader les pentes glacées du changement et du défi à relever.

Car comme le dit Gary Hamel  » faute de but, la seule chose qui puisse changer le statu quo, c’est la souffrance. »

Construisez une cathédrale

Il y a de cela très longtemps, au Moyen-âge, un pèlerin faisait un long voyage vers un lieu de pèlerinage. Un jour, il approcha d’une carrière et vit trois ouvriers très concentrés sur leur travail.

Il demanda à un premier ouvrier : « Que faites-vous, mon brave ? »

L’ouvrier leva les yeux et lui répondit aussitôt, sans grande excitation, « Je taille une pierre, ne vois-tu pas ? »

Le pèlerin se tourne alors vers le deuxième ouvrier « Et vous, pouvez-vous me dire ce que vous faites ? »

« Moi, monsieur, je construis une église. »

À ce moment, le pèlerin observe le troisième ouvrier resté en retrait de l’échange et toujours concentrer son travail. Prudemment, il s’avance vers lui et lui demande :

– Et vous, qu’est-ce que vous faites ?

Arrêtant de frapper la pierre, l’ouvrier se redresse et regarde fièrement le pèlerin :

– Moi, monsieur, je bâtis une cathédrale !

Cette réponse réchauffa le cœur du pèlerin qui constata que, malgré son travail difficile et monotone, cet ouvrier était heureux.

C’est le sens de la vision que nous donnons à notre vie qui nourrit la motivation et détermine ce que nous pouvons en attendre.

Trouver votre chemin

Une fois que vous avez déterminé une vision claire et précise de qui vous êtes et de ce que vous voulez être, vous pourrez vous orienter vers ce but. C’est ce que fait comprendre le chat à l’héroïne d’Alice au pays des merveilles.

« – Voudriez-vous, je vous prie, me dire quel chemin je dois prendre pour m’en aller d’ici ?

– Cela dépend en grande partie du lieu où vous voulez vous rendre, répondit le Chat.

– Je ne me soucie pas trop du lieu…dit Alice

– En ce cas, peu importe quel chemin vous prendrez, déclara le Chat. »

LE SECRET DE LA VIE EST D’AVOIR UNE MISSION, UNE CHOSE A LAQUELLE VOUS DONNER TOUT… ET LE PLUS IMPORTANT, C’EST QUE CE SOIT UNE CHOSE TOTALEMENT HORS DE PORTÉE.

─ Henry Moore ─

Il nous faut découvrir qui nous sommes, qui nous voulons être, ce que nous aimons, ce que nous désirons. Voilà l’apprentissage le plus passionnant que nous puisons envisagés dans notre vie.

La plupart des gens sont inconscients. Ils somnolent au volant, travaillent et pensent à un niveau de vie superficiel, en fonction uniquement de ce qu’ils peuvent voir. Ils n’ont aucune idée précise de ce qu’ils veulent.

Ce qui a littéralement transformé ma vie, c’est la capacité de créer des images stimulantes pour l’avenir. Une fois par mois, je m’accorde une période de temps entre 60 et 90 minutes spécialement réservée pour nourrir mes buts. Ce processus de réflexion m’aide à clarifier ma vision.

Ce moment est important pour moi, car il me permet d’ajuster ma vision, de me recentrer et d’évaluer mon avancement vers ce que je souhaite être ou allez.

Avoir un plan et des objectifs doit se nourrir d’une vision qui vous donne la ligne d’horizon : il s’agit d’un décor précis à 360° dont vous créez les moindres détails. Elle peut cependant être revue régulièrement en fonction de l’évolution de voter situation personnelle, professionnelle ou de vos motivations.

SI, DANS NOTRE TÊTE, NOUS NE SAVONS PAS OÙ NOUS ALLONS, NOUS LE SAVONS EN AGISSANT.

─ Nassim Nicholas Taleb ─

DÉCOUVRIR LA SPHÈRE DE SES POSSIBILITÉS

Chacun de nous naît avec une sphère de possibilités. L’un des problèmes que nous rencontrons une fois adultes est que nous ne nous autorisons plus à alimenter notre sphère de possibilités. Ce qui étouffe complètement nos potentialités futures.

Nos aptitudes sont multiples, mais nous les ignorons. Elles sont en nous, prêtes à nous ouvrir des champs exploratoires, absolument incroyables, mais nous n’essayons même pas de nous y hasarder. Notre mental va toujours puiser dans les mêmes schémas qui le rassurent même s’ils prouvent leur inefficacité.

Les gens n’ont pas tous une bonne connaissance de ce qu’ils sont ni de leurs propres compétences, et talents. Le conformisme nous pousse à choisir la sécurité de la stabilité, plutôt que les dangers de l’aventure.

Trop de gens n’ont jamais tenté d’accomplir de nouvelles choses de nouvelles manières. On est mieux disposé à se satisfaire d’un vieux problème que d’y trouver de nouvelles possibilités.

Comme l’écrit le journaliste Robert Quillen, « tout progrès comporte un risque. On ne peut voler la deuxième base et garder un pied sur la première. »

L’aversion pour la perte

Considérons la chose suivante :

L’important, ce n’est pas ce qu’une personne a ou n’a pas ; c’est ce qu’elle a peur de perdre.

Plus on a à perdre, plus on est fragile. Allez plus haut dans la vie, réalisez sa vision, ne marche qu’à certaines conditions. Ainsi la peur de perdre nos acquis, notre situation actuelle contribue à nous domestiquer face à l’aventure et à restreindre nos possibilités actuelles et futures.

Comme l’explique Carole Dweck, dans son livre intitulé Osez réussir : changez d’état d’esprit, il faut passer d’une mentalité « fixe » à une mentalité de « développement ». Si l’on a une mentalité fixe, que l’on considère « que l’on est comme on est » et que l’on ne peut pas y faire grand-chose, il devient difficile de saisir les opportunités d’évoluer, de se développer. La moindre critique est insupportable, car, comme nous sommes persuadés que nous naissons avec un capital de départ dont il faudra tirer le maximum, cette critique est perçue comme un obstacle à notre réussite. Nous allons ainsi consacrer notre énergie à essayer de la déjouer plutôt qu’à en tirer profit. À l’inverse, si nous avons une mentalité de développement, chaque critique, chaque échec, chaque feedback” devient une opportunité de progresser et de faire fructifier notre capital. Nous allons même au-devant des critiques afin de faire mieux la prochaine fois.

Ne laissez pas les crétins réduire votre sphère de possibilité

En 2005, Steve Jobs a donné le conseil suivant aux diplômés de l’université de Stanford : « Ne laissez pas l’opinion des autres couvrir votre voix intérieure. »

Dans son livre iWoz, Steve Wozniak explique le secret de la réussite. Quand on lui a demandé comment il pensait parvenir à changer le monde, voici ce qu’il a répondu :

« D’abord, vous devez croire en vous-même. Ne jamais flancher. Il y a des gens – je veux parler de la majorité des gens, pratiquement tous ceux que vous rencontrerez – qui pensent uniquement en noir ou en blanc. […] Peut-être ne comprennent-ils pas votre projet parce qu’ils sont incapables de l’imaginer, ou parce qu’on leur a déjà dit ce qui était utile ou bon et que votre idée n’entre pas dans ce cadre. Ne laissez pas ces gens-là vous saper le moral. Rappelez-vous qu’ils suivent simplement la pensée dominante du moment. Ils ne connaissent que ce à quoi, ils ont déjà été confrontés. En fait, ils ont une sorte de préjugé qui va totalement à l’encontre de l’esprit d’invention. »

Apprendre à apprendre

J’ai réalisé que si je continué à apprendre, je me permettais de m’ouvrir à d’autres possibilités. Mais si je restais là à ruminer, j’étais certain que cela n’arriverait pas. Chaque jour, la vie nous offre des chances d’apprendre, de grandir et de nous épanouir.

Apprendre est l’une des activités les plus bénéfiques de note vie. Voici ce que dit Alexandre Pachulski dans son livre Uniques « Apprendre, c’est ce qui nous permet de nous lancer dans la vie, de nous adonner à toutes sortes d’activités, de tirer les leçons de nos erreurs, d’aider autrui. Apprendre, c’est à la fois le chemin, la destination, la clé de contact de notre véhicule et son carburant, le passeport qui nous permet de franchir les frontières. En un mot, c’est l’alpha et l’oméga de notre voyage ! Le célèbre boxeur Mohamed Ali résumait d’ailleurs très bien cela : « Qui a la même vision du monde à 20 ans qu’à 50 a perdu trente ans de sa vie.

L’application de ce concept m’a permis de prendre conscience que nous devons avoir une mentalité « apprenantes » si nous voulons continuer à nous stimuler et nous motiver et pouvoir répondre à une demande de changement quasi permanent.

Les nouvelles occasions de se développer, d’apprendre, de réussir et de s’accomplir sont nombreuses. Pour les saisir, il faut se préparer, anticiper et accepter que le monde et en perpétuel mouvement.

Si vous restez sur vos acquis, vous fermez la porte aux futures possibilités. La sphère des possibilités s’ouvre à celui continu d’apprendre jour après jour.

RIEN NE SAURAIT ÊTRE PLUS EMBARRASSANT QUE DE REGARDER QUELQU’UN FAIRE QUELQUE CHOSE QU’ON A DIT ÊTRE IMPOSSIBLE À FAIRE.

─ Sam Ewing ─

Le changement fait peur. D’ailleurs, pour la plupart d’entre nous, on a peur de changer. Normal, puisqu’une personne salariée depuis un certain temps fait preuve de domestication. Plus une personne reste longtemps dans une société, plus il a le sentiment d’avoir énormément à perdre s’il ne se comporte pas comme personne employable.

Ainsi, nous avons peur de tout changement, a-t-elle point que nous nous réfugions malheureusement derrière un masque. En conséquence, nous n’agissons pas en étant nous-mêmes, mais par apport à un conditionnement de notre environnement professionnel.

Apprendre, c’est accepter que les métiers de demain n’existent pas. Le travail que vous exercez, aujourd’hui, quand sera-t-il dans vingt ans, trente ans ?

Seule une mentalité d’apprentissage vous permettra de mettre continuellement vos facultés, capacités, qualités à jour. En pratiquant et en appliquant le modèle d’apprentissage perpétuel, vous offrez à votre avenir des possibilités infinies.

« L’HOMME NE PEUT DÉCOUVRIR DE NOUVEAUX OCÉANS À MOINS QU’IL AIT LE COURAGE DE PERDRE DE VUE LE RIVAGE. »

─ André Gide ─

ENGAGEZ LES PREMIÈRES ACTIONS

Vous ne pouvez pas vous contenter de voir votre avenir, je vous recommande de codifier votre vision. Par exemple, après vous être fixé sur une vision, couchez-la par écrit. Une fois, cela fait, vous pouvez planifier la feuille de route pour l’atteindre.

À partir du moment où votre vision est clairement identifiée, vous disposez d’un point de départ et de l’objectif. Il convient alors de définir les étapes qui seront nécessaires pour vous rapprocher le plus possible de votre vision tout en prenant en compte la réalité de l’environnement dans lequel vous évoluerez.

Gardez en mémoire que l’ampleur de votre plan d’action dépendra de l’ambition de votre vision.

À partir de là, il vous faut réaliser la connexion entre le présent et le futur afin de déterminer un plan d’action. Vous devez regarder la situation dans son ensemble, être capable de découper l’objectif final en de petites actions simples à résoudre.

Mettre en perspective les objectifs pour atteindre votre but. Ce que vous devez faire, ce que vous devez apprendre. (Par exemple, votre objectif est de travailler hors de France, mais vous n’êtes pas bilingue) ? Il vous faut acquérir ce qui vous manque, via la pratique ou la formation, via une nouvelle expérience professionnelle.

Cela me fait penser à cette citation de David Thoreau : « Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n’est pas vain ; c’est là qu’ils doivent être. À présent, donnez-leur des fondations. »

Autrement dit, le plan d’action fournit un guide à suivre et un agenda à respecter, les deux piliers d’une vision réalisable et non illusoire.

En général, on passe plus de temps à planifier ses vacances que sa carrière professionnelle. Donc, je vous conseille de travailler cette étape comme si vous préparez vos prochaines vacances.

Faites-vous un cadeau : prenez une feuille de papier. Attraper un stylo ou un crayon. Et puis décrivez le cheminement pour accomplir votre but. Les résultats vous étonneront.

« UNE VISION SANS ACTION N’EST QU’UNE HALLUCINATION. »

─ Michael Kami (expert américain en stratégie) ─

INTERROGEZ-VOUS SUR VOS PROGRÈS

Examinez de temps en temps si vous progressez vers vos buts. C’est la meilleure manière de voir si vous êtes dans la bonne direction.

Demandez-vous : « Ce que je fais me rapproche-t-il de mes objectifs ? Suis-je réellement en train de cheminer dans la direction qui m’aide à tenir mes engagements, à respecter mes priorités et à réaliser mes rêves ? »

Garder votre esprit focus sur ce que vous devez accomplir. Ralph Waldo Emerson, essayiste, philosophe et poète américain, croyait ceci : « La concentration, voilà le secret de la force en politique, dans la guerre, dans le commerce et, en bref, dans la gestion de toutes affaires humaines. »

Construire son succès commence par avoir une parfaite maîtrise de ses progressé et ce qui reste à accomplir. Vous pouvez être excellent, mais si votre développement est n’est pas en accord avec les besoins de votre but, l’échec ou l’abandon sera au rendez-vous. Il convient donc d’abord de vous interroger sur l’avancée de vos progrès face à vos objectifs.

Pour les identifier, rien de plus simples :

Listez ce que vous avez fait,                    

Listez ensuite ce que vous deviez faire, ou supposez devoir faire.

« CE QUE L’ON IMAGINE À L’AVANCE SI DIFFICILE EST SI FACILE QUAND ON LE FAIT. »

─ Robert M Pirsig ─

SE LANCER

Le défi peut paraître intimidant, mais courage ! Mon parcours et le résultat de ce cheminement. Se remettre en cause soi et ses acquis, abandonner les idées reçues et hisser la barre beaucoup plus haut.

« CE QUE L’ON IMAGINE A L’AVANCE SI DIFFICILE EST SI FACILE QUAND ON LE FAIT. »

─ Robert M Pirsig ─

Comme l’écrit le Dr Terry Orlick, spécialiste mondialement reconnue dans la psychologie sportive ; « Se fixer des objectifs quotidiens, écrire vos rappels de concentration et relier les points positifs sur votre chemin peut vous aider à devenir meilleur et plus constant. Mais pour qu’une stratégie marche bien, vous devez avoir la volonté d’améliorer votre concentration, votre performance ou votre vie. Tout commence par votre engagement à faire ces changements positifs ou ces progrès. Personne ne peut vous forcer à vouloir évoluer ou vous améliorer ; cette décision doit venir de l’intérieur. Après avoir pris cette décision et décidé d’agir, la persistance ne garantit pas l’atteinte de votre but ultime, elle garantit cependant le fait que vous allez continuer à apprendre, à vous améliorer et à vous développer tout au le long du chemin. Embrasser un chemin donne une substance à votre vie, donne du sens et ceci même si vous n’arrivez pas à une destination spécifique lointain. »

Le chemin pour être le héros de sa propre vie est rempli de défis. Les étapes les plus importantes que vous pouvez suivre pour devenir un héros sont les suivantes :

  1. Décidez ce que vous voulez vraiment faire (vision)
  2. Acceptez que vous ayez le pouvoir de le faire (Possibilité)
  3. Choisissez de le faire (actions)
  4. Acceptez de vous remettre en question (progrès)

4 éléments essentiels qui guident la poursuite de l’excellence personnelle. Ces éléments se combinent pour faire de vous le héros de votre propre vie.

Se fixer des objectifs quotidiens, suivre, ses progrès et relier les points positifs sur votre chemin peut vous aider à devenir meilleur et plus constant. Mais pour qu’une stratégie marche bien, vous devez avoir la volonté d’apprendre tous les jours.

Pour citer Oliver Wendell : « L’esprit d’un homme, après avoir subi une expansion en vue d’assimiler de nouvelles idées, ne peut revenir à sa dimension initiale. »



Pin It

Incoming search terms:

  • imagenes de hombres triste mirando el horizonte

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.