Arrêter d’être gentil, soyez ferme

Arrêter d’être gentil, relations humaines, manager, Il est difficile d’être un ami et un chef efficace. En tant que chef on à tendance à perdre de l’objectivité en vers un proche collaborateur. Un bon leader doit faire la différence entre les affaires et les relations personnelles. Être un manager trop gentil, trop arrangent ne rendra service ni à vous-mêmes ni à l’entreprise.

Une histoire d’éducation

Depuis notre tendre enfance, on nous rabâche d’être gentils, de bien nous comporter, de bien écouter les consignes, de ne pas nous rebeller. C’est l’éducation classique inculquée par nos parents. Qui doit nous permettre plus tard de devenir un employé docile, Il est normal étant adulte que certaine personne développe la gentillesse comme trait de comportement.

Ce n’est qu’une fois entré dans le monde du travail qu’on associe cette vertu à de la faiblesse. On qualifie un manager gentil, de manque charisme, de ne pas savoir s’affirmer, bref de faible.

Conséquence de votre gentillesse

Tant qu’on n’a pas une fonction de meneur d’hommes, la gentillesse n’est pas vraiment un facteur négatif. D’ailleurs être gentil est une qualité pas un défaut. Seulement dans le monde très concurrencé de l’entreprise, elle est vite transformée en en point faible.

Quelles peuvent être les conséquences de votre gentillesse au sien de votre équipe ?

  • – baisse de l’efficacité de l’équipe, de sa productivité ?
  • – mauvaise relation avec l’équipe (entente, conflits) ?
  • – non atteinte des objectifs en termes de délais et de qualité ?
  • – tout accepter ou ne rien décider. (Paralysie de l’équipe, statu quo)
  • – crédibilité et en jeu (auprès de la direction et de ses collaborateurs)

Il est intéressant de noter qu’une étude montre que les salariés jugés sympathiques sont moins promus que les autres et gagne en moyenne 18 % de moins que leur collègue rugueux.

Je ne suis pas en train de dire que pour être manager vous devez être méchant ou détestable, mais qu’un minimum de fermeté de votre part et nécessaire. Même si pour cela vous devez vous faire violence et prendre des décisions désagréables.

Bien souvent en tant que manager nous devons placer les besoins de l’entreprise au-dessus des besoins de nos collaborateurs. Il vous faut accepter que certaines décisions soient impopulaires et que la liste des personnes qui vous déteste grossisse, du moins pendant un certain temps. Si les résultats sont ensuite au rendez-vous, les gens oublieront et ce n’aura été qu’une mauvaise période.

Caractéristique du gentil manager

C’est un pigeon. C’est auprès de lui qu’il sera le facile de justifier plus de temps pour finir un dossier et auprès de lui qu’il sera plus facile de légitimer ses erreurs, les dépassements de budget.

Il évite la confrontation. Il ne soulève pas les problèmes qui fâchent, comme les performances médiocres, les conflits, la mauvaise organisation de son équipe.

Il aime le statu quo. Il ne veut pas faire de vagues de peur de perturber tout le monde. Il laisse volontiers ses collaborateurs dans leurs zones de conforts. Il évite de prendre des décisions.

Il écoute trop les pleurnichards. Il s’écrase devant les collaborateurs qui pourraient faire des vagues et changer le statu quo. Il préfère faire le boulot à leur place ou alourdir le la charge d’un autre pour ne pas avoir de confrontation.

Plus personne ne le respecte. C’est le résultat final.

Rappelle des règles du jeu

Pour pallier à votre gentillesse vous devez vous rappeler que vos collaborateurs ne sont pas vos amies, ne sont pas vos enfants et encore moins vos parents. Ce ne sont que des collaborateurs. Je sais c’est un raisonnement méchant, pourtant c’est vrai.

Pourquoi je vous dis cela, parce qu’a un moment vous devrez vous prononcer sur leurs futures évolutions de poste, sur leurs augmentations, sur leurs primes, sur leurs avantages en nature.

Il faut être bien conscient que chaque salarié voudra tirer son épingle du jeu. Seulement, on ne peut pas satisfaire tout le monde.

Dans des situations de conflit ou autre, rappelez-vous le rôle que vous tenez.

Le rôle de l’entreprise

Le rôle de l’entreprise et de fournir un service ou un produit afin de répondre à un besoin. C’est une définition poétique. Le véritable rôle de l’entreprise et de réaliser des profits pour le compte de ses actionnaires et du patron.

Demander à un boulanger de vendre son pain sans faire de profits qui lui permettent d’améliorer son quotidien. Il vous rira au nez.

Le nerf de la guerre est les profits. Sans profits, pas de rentabilité, pas de rentabilité, fin de l’entreprise.

Le rôle du manager

Voici ce que l’on peut trouver pour définir le poste d’un manager :

  • Fixer des objectifs ;
  • Organiser le travail ;
  • Communiquer et motiver ;
  • Mesurer la performance ;
  • Former

Votre travail de manager et d’administrer vos collaborateurs pour tirer le meilleur d’eux-mêmes. Le manager c’est celui qui fait en sorte que les choses soient faites. Ce qui doit diriger chacune de vos actions ce sont les objectifs à atteindre. Et c’est autour de ces objectifs qu’il vous revient de fédérer votre équipe.

3 questions

Quand vous devez prendre des décisions qui sont à contre-courant avec votre trait de comportement, poser ces vous 3 questions :

  1. Qui suis-je ? (Votre rôle)
  2. À quelle sorte de situation suis-je confronté ? (Compréhension)
  3. Que ferai je si la survie de l’entreprise était en jeu (rôle de l’entreprise)

Ce modèle permet de mieux analyser la situation d’un point de vue impartial, et d’éviter à votre côté affectif et émotionnel de prendre le dessus.

Quelques règles de conduite

Les relations humaines sont quelque chose de compliqué, et au travail elles ont tendance à s’amplifier. Ne vous laisser pas déborder, par votre gentillesse apprenez, à être ferme.

  • La gentillesse peut être un frein au management
  • Être trop gentil mène au laxisme
  • Poser des limites claires
  • Cadré le travail
  • Cadré la relation
  • Rappelez-vous des règles du jeu
  • Être ferme dans vos rapports

Le plus important à mon sens :

  • Détachez-vous du côté affectif et émotionnel, sans pour autant devenir quelqu’un d’inhumain.

Je vous conseil un très bon livre pour accroître votre management, Le manager minute. 

 



Pin It

Incoming search terms:

5 Commentaires

  1. Jérôme

    Bonjour
    Entièrement d’accord avec toi. La plupart des gens sont gentils parce qu’ils croient qu’ils ne seront pas aimés s’ils sont fermes.
    Alors que souvent, être ferme permet de gagner le respect tout en étant autant apprécié.
    Jérôme Articles récents..10 posters de démotivation pour bien débuter l’annéeMy Profile

    Répondre
  2. Pingback: Arrêter d’être gentil, soyez ferme

  3. Thierry

    Bonjour,

    Le management ne dois pas être une forme de domination et l’époque « du chef a toujours raison » est largement dépassé. D’autan plus on trouve dans les entreprises de jeunes managers placé par défaut,(on ne sait pas quoi en faire) qui ne connaissent rien et n’ont aucune expérience. La règle la plus simple pour bien débuter est de se rapprocher des collaborateurs, sans mépris, sans dégouts et ça c’est une chose difficile à faire accepter aux jeunes chef!

    Répondre
  4. LeBonManager

    Je suis désolé, mais je ne suis pas d’accord avec cette affirmation… ou presque.
    Tout d’abord une étude a démontré la corrélation entre gentillesse et performance dans l’entreprise (http://lebonmanager.fr/faut-etre-gentil-entreprise-etre-performant-bien-paye/).
    Par ailleurs, je suis persuadé qu’un manager empathique, à l’écoute et gentil sera plus efficace sur le long terme qu’un manager autoritaire et d’une grande fermeté, voire d’une certaine rudesse.
    Je pense que ce sont des clichés qui tendent à disparaître avec les nouvelles formes d’entreprises et les aspirations de la génération Y.
    Là où je rejoins cet article est la gentillesse et la bienveillance ne doivent pas être synonymes de mollesse : un manager doit prendre des positions et défendre des convictions avec rondeur et charisme, et non avec autoritarisme et dureté. Le manager doit donc savoir décider et ne pas essayer de contenter tout le monde.
    Le manager n’est pas là pour se faire aimer, mais pour développer ses collaborateurs.
    LeBonManager Articles récents..1 astuce pour accompagner un manager de proximité : le coaching en ligne pas cherMy Profile

    Répondre
  5. Luc

    Moi j’ai plutôt l’impression que le probleme des managers a l’epoque actuelle est plutôt l’inverse , management trop autoritaire, et meme par la peur, peu efficace
    ferme oui mais respecter ses employés car se comporter comme un salopard peut casser l’ambiance et provoquer une rebellion du personnel je l’ai vu
    les vrais gentils qui acepptaient tout j’ai jamais rencontré c’est vraiment cliché , ca doit exister probablement.
    De plus traités des bac+5 comme des enfants n’est pas tres intelligent , style management autoritaire et directif. Non seulement on vous fixe des objectifs souvent impossible mais en plus on vous ordonne le chemin a suivre avec es outils de merde a disposition, la c’est faiment impossible meme pour les meilleurs . on appelle ca du management. MDR

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge