Robert Iger : Leçons de leadership de l’homme qui a fait rayonner l’enchantement de Disney

Dans Leçons de leadership créatif, Robert Iger retrace son aventure à la tête de l’entreprise qui transforme la magie en réalité. Il revient sur son parcours, ses succès, les obstacles qu’il a surmontés et les principes qui l’ont guidé.

Robert Iger commence sa carrière en 1974 en tant que présentateur météo dans une toute petite station de télévision. Il est par la suite embauché au début de la vingtaine par ABC. Il gravit peu à peu les échelons. Après le rachat par Disney 1996, il devient le numéro 2 du groupe. Il accède à la présidence en 2005. Il préside alors à une série de rachats : Pixar, Marvel, Star Wars et Twentieth Century Fox, qui font de Disney un des groupes de divertissement les plus importants au monde.

Voici un condensé de la sagesse qui lui a été enseigné et qu’il a appris au cours de ses quarante-cinq dernières années.

Pour raconter des histoires, il faut des gens de grand talent

Innover ou périr
Il ne peut y avoir d’innovation si vous agissez par peur de la nouveauté.

Perfection
Un état d’esprit plus qu’un ensemble précis de règles. Il s’agit de créer un environnement dans lequel les gens rejettent la médiocrité.

Erreur
Assumez la responsabilité de vos ratages. Il est inévitable d’en commettre, mais il est possible de les reconnaître, d’en tirer les leçons et de montrer par l’exemple qu’il est normal que les choses se passent mal quelquefois.

Soyez correct avec les gens
Créer un environnement dans lequel les gens savent que vous les écouterez, que vous serez psychologiquement stable et équitable.

L’excellence et l’équité
Efforcez-vous de parvenir à la perfection, mais soyez toujours conscient qu’il serait dangereux de ne se soucier que des produits et jamais des gens.

La vraie intégrité
Si vous faites confiance à vos propres instincts et traitez les gens avec respect, l’entreprise finira par respecter les valeurs que vous incarnez.

Préférez les capacités à l’expérience
Placez les gens à des postes qui réclament d’eux plus que ce qu’ils savent avoir en eux.

Gérer la créativité est un art et non une science

Ne commencez pas petit
À commencer petit, vous avez l’air petit

Accepter les échecs – pas l’absence d’effort

Ne jouez pas la sécurité
Créer des possibilités d’excellence

Ne laissez pas l’ambition prendre le pas sur l’opportunité
Faites bien votre travail, soyez patient, recherchez des occasions de vous mettre en avant, d’en faire plus et de progresser, et devenez grâce à votre attitude l’une des personnes à qui votre patron pensera quand l’occasion se présentera.

Énergie
Ne pas investir dans de petits projets qui grignoteraient vos ressources et celles de l’entreprise sans beaucoup apporter en retour.

Relation
Quand les relations entre dirigeants fonctionnent mal, il est exclu que le reste de l’entreprise fonctionne bien.

Faites votre travail de leader
Si vous ne le faites pas, vos collaborateurs le sauront et vous perdriez vite leur respect. Vous devez écouter les problèmes des autres et les aider à trouver des solutions.

Vous n’êtes pas indispensable
Ne vous accrochez pas à l’idée que vous seul êtes capable de faire le travail. Au fond, le bon leadership ne consiste pas à être indispensable, mais à préparer les autres à prendre votre place.

Réputation
La réputation d’une entreprise est la somme des actions de son personnel et de la qualité de ses produits.

Diriger avec courage plutôt que par la crainte
En essayant de bâtir un rempart pour protéger les anciens modèles incapables de survivre au bouleversement, il est difficile de faire face au changement qui vient.

Éviter de répandre le pessimisme autour de vous
Cela casse le moral. Personne n’a envie de suivre un pessimiste.

L’optimisme
Il vient quand vous avez foi en vous-même et en vos collaborateurs. Il ne s’agit pas de croire que tout va bien. Il s’agit de croire en vos aptitudes et en celles des autres.

Les gens redoutent le changement
Parce qu’ils se donnent des raisons de ne pas essayer. Avec suffisamment de réflexion et de motivation, il est possible de concrétiser les idées les plus audacieuses.

Faites connaître clairement vos priorités
Si vous ne les exprimez pas clairement, vos collaborateurs ne savent pas qu’elles doivent être leurs propres priorités.

Éviter que vos collaborateurs ne se posent des questions au quotidien
Le travail est souvent complexe et requiert énormément de concentration et d’énergie, communiqué des messages très simples : « Voilà à quoi nous voulons arriver. Voici comment nous allons y arriver. »

Les progrès technologiques finiront par rendre obsolètes les anciens modèles économiques
Vous pouvez tenter de défendre le statu quo ou bien vous efforcer de comprendre et d’adopter le progrès avec plus de créativité que vos concurrents.

Souciez-vous de l’avenir, pas du passé

On sous-estime le respect envers autrui
Un peu de respect peut faire beaucoup, son absence peut coûter très cher.

Vous devez travailler vos dossiers
Pour chaque projet, vous devez étudier la pertinence de l’opération. Car, quelle que soit la quantité des données collectées, un risque demeure quand même, et la décision de le prendre ou pas repose en fin de compte sur l’instinct d’une seule personne.

Écouter votre instinct
Si quelque chose en vous vous dit que ce n’est pas bon, alors ce n’est probablement pas bon pour vous.

Acquisition
Souvent, quand une entreprise en rachète une autre, elle n’a guère d’égards envers ce qu’elle achète en réalité. Elle croit mettre la main sur des biens matériels, des équipements ou des droits de propriété intellectuelle. En réalité, ce qu’elle achète, ce sont des gens. C’est en eux que la valeur réside.

En tant que leader, vous incarnez votre entreprise
Voici ce que cela signifie : vos valeurs – votre sentiment d’intégrité, de convenance et d’honnêteté, votre manière de vous comporter dans le monde – sont la vitrine des valeurs de l’entreprise. Les gens pensent de votre entreprise ce qu’ils pensent de vous.

Mauvaises nouvelles
Lors de telles circonstances, n’employez pas la langue de bois, cela est offensant. Si vous respectez votre interlocuteur, vous lui devez une explication claire de votre décision. Il est possible que l’entretien soit pénible, mais il est au moins honnête.

Recrutement
Tâcher de vous entourer de gens qui soient de bonnes personnes, en plus d’être compétents dans ce qu’ils font.

Il est contre-productif de projeter votre anxiété sur votre équipe
Il y a une différence, subtile, entre, lui faire savoir que vous partagez et ressentez son stress avec elle – et lui faire savoir qu’elle doit fournir des résultats pour soulager votre stress.

Il n’est pas bon d’être au pouvoir trop longtemps
Vous ne vous apercevez pas que votre voix paraît résonner plus fort que toute autre dans la pièce. Les gens craignent de vous soumettre des idées, d’exprimer un désaccord, de s’engager. Consciemment et activement, vous devez chercher à gommer les effets corrosifs de cette situation.

Cramponnez-vous à votre conscience de vous-même
Quand le monde vous dit à quel point vous êtes puissant et important, que vous commencez à trop y croire, à partir du moment où en vous regardant dans la glace, vous voyez un titre gravé sur votre front, vous vous égarez.

Obtenez les dernières parutions dans votre boîte Email

Rejoignez 10 000 lecteurs quotidien