L’entreprise n’est pas une démocratie (ce qu’on ne m’a pas appris à l’école)

L’entreprise n’est pas une démocratieÇa fait bientôt 18 ans que j’ai quitté l’école, depuis j’ai passé autant de temps à travailler dans diverses entreprises.

Voici une des leçons qu’on n’apprend pas à l’école : 

L’entreprise n’est pas une démocratie.

Elles sont conçues selon un mode hiérarchique fondé sur des positions et des responsabilités. Dans une conception généralement pyramidale. On y entre à un certain âge de la pyramide, soit tout en bas, soit déjà à un certain niveau selon son expérience, sa formation et ses cooptations.

Il est rare qu’on y trouve un système participatif et collaboratif dans la prise de décision. Et encore moins une réelle démarche d’évolution de carrière fondée sur la compétence.

La compétence n’est plus la qualité première……….. Dommage ! 

Le système dit « démocratique » n’est en fin de compte qu’un écran de fumée pour qu’une l’Élite continue dans son Oligarchie à tenir les rênes du Pouvoir.

L’entreprise obéit toujours à une hiérarchie très stricte, celle du chef de famille qui la crée, puis, à mesure qu’elle grandit, à un ensemble de dirigeants, eux-mêmes choisi avec soin.

Le salarié travail dans une sorte de secte ou tout appartient au dirigeant, et où il doit rendre des comptes sur tout.

Il vit dans une sorte de secte dans laquelle il doit penser, parler, vivre et s’habiller comme les autres, au risque d’être jugé et exclu.

Il vit dans une sorte de secte où tout est réglementé, des endroits où il peut fumer jusqu’aux jours de la semaine où il a le droit de travailler.

Bref, il ne vit pas dans une démocratie, mais dans une construction utopique. Ça peut être un bien ou un mal, peu importe.

Mais ça n’est pas une démocratie.

En ayant travaillé pour le compte de plusieurs PME et diverses multinationales, j’ai remarqué quelque chose : on reconnaît un semblant la liberté de travail au chaos qui règne au sein de l’entreprise…

Quand le chaos règne, quand l’ambiance est survoltée, quand tout le monde court de partout, c’est qu’on est dans une boite ou la liberté d’action prime sur le conformisme.

Quand le chaos est présent, ça veut dire que la direction n’est pas omniprésente. Elle n’a ni le temps, ni les moyens (ni l’envie, souvent) d’entretenir le conformisme, alors la plupart du temps, elle n’a pas non plus le temps ni l’envie de jouer à tout régir et de réglementer chaque minute de la vie quotidienne de ses employés.

Même si les lois et les codes sont identiques aux autres sociétés… la différence, c’est que tout le monde s’en fout

Ce n’est pas un obscur dirigeant, perché du haut de son sommet qui dicte les règles

Ce sont les salariés, ceux qui sont aux contacts de leur client et de Monsieur le marché qui organise la vie quotidienne de leur entreprise.

Finalement, on se rend compte, en travaillant dans différentes entreprises, qu’on nous a vendu du rêve en nous faisant croire que ce lieu de contrainte peut devenir celui de notre épanouissement personnel.

C’était la promesse de l’entreprise.

Seulement, l’épanouissement personnel, la sécurité de l’emploi ne sont pas un enjeu pour les sociétés.

Confrontés à la brutalité du marché de l’emploi, les salariés ce détaches d’un modèle qui n’a pas tenu ses promesses.

Un job est une expérience. Une séquence de vie, rien de plus. La vérité est ailleurs, dans les projets personnels. C’est là que l’on peut jouer la pleine mesure de son potentiel.

La réalité, c’est en travaillant sur ses propres envies qu’on donne un sens à sa vie professionnelle.

« SI VOUS NE CONSTRUISEZ PAS VOTRE PROPRE REVE, ALORS QUELQU’UN D’AUTRE VOUS EMBAUCHERA POUR VOUS FAIRE CONSTRUIRE LE SIEN. »

Tony Gaskins

Comment a-t-on pu laver le cerveau de millions de gens pour qu’il accepte ce mensonge, qu’est la démocratie d’entreprise.

Ce qui a favorisé l’adoption massive de ce mode de pensée est essentiellement dû à une formule simple : bosse ; travaille dur. Écoute ton chef. Reste dans le système en échange l’entreprise te récompensera et te procurera la sécurité dont tu as besoin pour t’épanouir.

L’entreprise en échange d’une main d’œuvre jetable et interchangeable nous procure la sécurité.

Quelle sécurité ?

L’entreprise a besoin de nous faire croire à cette utopie, car elle a besoin de main-d’œuvre docile et bon marché.

Elle a même bâti un système pour cela : le principe de l’avancement a l’ancienneté.

Cette liturgie d’entreprise, et aussi vieille que le capitalisme et simple et linéaire. La réussite professionnelle se construit sur la durée. Patience et ténacité sont de rigueur. L’âge amène avec lui l’accès aux fonctions supérieures. Les quadras accédaient au management supérieur, les quinquas aux fonctions supérieures.

Pourquoi avoir accepté ce deal ?

Pourquoi avons accepté de joué la carte de la ceinture de sécurité, et d’appliqué le principe de précaution.

Nous avons cru à un modèle par peur. Par peur de perdre ce qu’ont à déjà, par peur de ne pas pouvoir continuer à exister comme ont existait avant, par peur que notre petit monde s’effondre.

Une précision s’impose, en guise de conclusion. Il n’est pas question ici de faire le procès des puissants de ce monde ou de décrier l’entreprise. Mon expérience m’a simplement appris que de ne pas connaitre les règles du jeu est dangereux.

En vous mettant au service d’une entreprise en tant que salarié, vous devez faire un choix fondamental : soit vous vous en remettez aux sages décisions de votre hiérarchie et vous pourrez rester des années sans rien faire en risquant seulement de mourir d’ennui, soit vous prenez des risques en bafouant les règles de l’organisation et vous acceptez de mettre votre place en jeu. En résumé, l’entreprise n’est pas une démocratie…

Pin It

1 Comment

  1. Pingback: L’entreprise n’est pas une d&eacute...

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.