Le salarié zombie définit la normalité du travail

normalité, salarié, travail, zombieLe  monde subit d’énormes changements. En l’espace de quelques années, nous avons évolué d’une société poste industrielle à l’ère de l’information. Ce qui a amené le monde de l’entreprise à subir un profond changement culturel, impliquant notamment une révolution dans le domaine des relations humaines.

La concurrence professionnelle interne est devenue plus vive. Ce qui a relativement changé les relations humaines entre collègues de travail.

Aujourd’hui, le culte de la performance étant à son paroxysme, les salariés se méfient de leur voisin. S’il réussit, il devient une menace.

Cette paranoïa de la performance crée chaque jour un peu plus de salariés zombies, s’accrochent à leur fauteuil comme une moule à son rocher. Recroquevillé dans leur coquille ces nouveaux soldats définissent la nouvelle normalité au sein des entreprises.

Un peu d’histoire

Le salarié zombie est une invention récente, le concept s’est popularisé au début du 19e siècle. Avant cela les entreprises étaient rares. En général, les gouvernements les créaient dans un but bien précis. Une entreprise voyait le jour pour la construction d’un pont, par exemple avant sa dissolution. À cette époque les gens étaient plutôt des entrepreneurs, c’est-à-dire des paysans, des bouchers, des fermiers, des boulangers, etc. l’entreprise de plusieurs milliers d’âmes n’existait pas encore.

L’arrivée de l’ère post-industrielle va changer l’ordre établi. Pour permettre de répondre à leurs besoins de croissances, les gouvernements vont favoriser l’émergence d’un nouveau type d’organisation en créant des mesures initiatives en faveur de la création d’entreprises de personnes morales. Ainsi vont naître les premières entreprises indépendantes de l’état suzerain.

« LES GOUVERNEMENTS ONT ETE LES PREMIERS A INVENTER LE CONCEPT DE NORMALITE, PARCE QU’IL EST PLUS FACILE DE MAINTENIR L’ORDRE LORSQUE L’ON PEUT LEGIFERER ET CONTROLER LA SOUMISSION A CES LOIS. »

Seth Godin 

Cette démarche va permettre au gouvernement de déléguer à des personnes morales (l’entreprise) la responsabilité de leurs coûts d’activités. Ce simple processus, aussi appelée externalisation, permet de transfert les coûts à un partenaire externe

Naissance du salarié zombie

Bercés par l’illusion de la toute-puissance d’avoir un travail, les salariés se sont laissé entraîner dans un laisser-faire intellectuel et ont constamment négligé de considérer l’entreprise comme un cadre légitime et indispensable à leur épanouissement personnel et professionnel.

Au lieu de cela, ils ont construit une vision erronée d’une prison dorée.

« JE VAIS TRAVAILLER PAR NECESSITE ET PAR OBLIGATION PLUTOT QUE PAR ENVIE ET PLAISIR. »

Petit à petit, le salarié est devenu un rouage au service de l’entreprise, facilement remplaçable et docilement maniable. Ce sont les zombis de l’économie moderne. L’homme n’étant plus la valeur sûre de l’entreprise, mais seulement un outil remplaçable et bon marché.

Le salarié zombie, ou le salarié normatif, ce voit travailler tous les jours pour un salaire minimum fixé par les conventions collectives de son secteur d’activité. La grille salariale étant la norme pour chacun des embauché, impossible de s’y soustraire.

Comment le virus c’est propagé ?

Nous en sommes arrivés à ce stade, car depuis des années le monde moderne, les gouvernements, les entreprises en passant par l’école fabriquent des gens ordinaires pour des emplois ordinaires.

Ils ont pour but de former les nouveaux zombies qui viendront augmenter les chiffres du chômage. Comment font-ils cela, très simple, dès notre plus jeune âge ils nous inculquent le conformisme en cloisonnant notre esprit d’indépendance, notre esprit d’entreprise, d’innovation et de libre arbitre. On nous oblige à être comme tout le monde.

« LES GENS CREATIFS OU CEUX QU’ONT QUELQUE CHOSE A DIRE SONT PERSUADES QU’ILS DOIVENT ATTENDRE QU’ON LES CHOISISSE. »

Seth Godin

L’entreprise dans tout cela

Les entreprises en ont conclu que plus les employés se rapprochaient du salarié grand public, plus cela leur rapporterait de l’argent.

Les entreprises se sont emparées du concept et l’on intégré à leur mode de management, afin de pouvoir disposer d’une main-d’œuvre bon marché et docile.

Le salarié normatif n’a tout simplement pas idée de la valeur de sa propre personnalité. Il est incapable de proposer une valeur ajoutée et ainsi se différencier du reste de la masse.

Son raisonnement et la conception qu’il se fait du monde du travail, le pousse à proposer une valeur qui plaira à tout le monde. Leur souci est de ne pas déranger l’ordre des choses. Il définit ainsi la normalité de son employabilité.

JE SUIS COMME TOUT LE MONDE, ALORS EMBAUCHEZ-MOI ! 

Ce raisonnement se veut logique, si on se fait à l’idée que nous sommes tous identiques dès qu’il s’agit de nous vendre. Ce qui nous plonge dans l’idée que nous sommes tous efficaces et profitables de la même manière. Ce qui revient à faire de l’être humain, un salarié zombie.

Exemple flagrant du conditionnement ;

Les masses sortent de chez elles et affluent vers les centres commerciaux et les grands magasins, elles donnent volontairement le fruit de leur travail en échange de marchandises et souvent elles ne savent même pas vraiment pourquoi elles font cela. Un trait caractéristique du zombie est la perte de sensibilité de l’individu une fois transformé en mort-vivant et c’est la même perte de sensibilité qui se produit chez l’individu au sein d’une culture, manipulée par le marketing de masse et la publicité.

Sur la question de la perte du libre arbitre, l’auteur Chuck Palahniuk écrit avec humour : « Les spécialistes de la Grèce antique disent que les gens de l’époque ne voyaient pas leurs pensées comme leur appartenant. Quand les Grecs anciens avaient une pensée, ils se la représentaient comme si un dieu ou une déesse donnait un ordre… Maintenant, les gens entendent une publicité pour des chips et se précipitent pour les acheter, mais ils appellent cela le libre arbitre. Au moins, les Grecs anciens étaient honnêtes. » (…)

Conséquence de la maladie

Selon Dendle, « Le zombie est une force sans âme qui travaille de manière non réfléchie pour les intérêts d’autres, ce qui fait référence à la mémoire collective de l’esclavage, c’est-à-dire une vie sans dignité et privée de sens dans laquelle les actes sont accomplis machinalement »

Conséquence que l’on peut constater dans la plupart des entreprises du 21e siècle ; un immense gâchis humain, intellectuel et un manque d’innovation criant.

Mais de telles attitudes de management vont plus loin, de telles conditions de travail mettent en danger la santé psychique des salariés.

En effet, ces derniers affolés par la charrette des licenciements et un rythme de travail effréné laissent le conformisme prendre le dessus pour ne pas faire partie de la prochaine brouette des lourdés.

Conséquence directe : baisse de motivation, mort de l’acte d’innovation, perte d’intégrité, perte du sens du travail, perte de la liberté d’expression, attitude blasée, individu devenu indifférent et insensible aux autres.

L’infection se manifeste aussi sous forme de dépression, brun out…

Dorénavant, en suivant ce merveilleux conte de fées vous pouvez aspirer à être les meilleurs médiocres de votre entreprise. Car, être un zombie fait partie de la force de travail bon marché du monde postmoderne. Cela représente la normalité. Cependant, chaque être humain et unique…

« DECIDER DES AUJOURD’HUI, DE NE PLUS FAIRE PARTIE DE LA NORME ! »


Pin It

5 Comments

  1. Pingback: Le salarié zombie définit la norm...

  2. Alexis Santin

    Super article.

    Je faisais des recherches sur le « corporate zombies » pour ma newsletter.
    Normalité, zombie, histoire du salariat. Tout y est. Et dans un article court. Chapeau.

    – Alexis

    Reply
  3. salle de sport lille

    Merci beaucoup pour ce site, il est magnifique

    Reply
  4. Pingback: Mettez l'accent sur les hommes, par sur les procédures |

  5. Danino-Alonso Marylène

    Quoi de plus dramatique de renier sa propre nature, sa propre humanité pour le profit flou et lointain d’autres que nous ne connaissons même pas !
    Il est toujours tant de choisir vraiment, cette démonstration rendra la vue à tous ceux qui se sont laissés aveuglés. Cette analyse expose le vrai risque, celui de passer à côté de sa vie et pas celui de perdre son travail qui conditionne la vie des zombies.
    Soyons nous, soyons libres, nous avons bien plus à gagner et à apporter.
    Merci Benjamin !

    Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.