Sélectionner une page

Le concept du “je ne peux pas” est un mensonge

Vous vous êtes déjà surpris à penser ; je ne peux pas accepter cette mission, cet emploi ? Je ne peux pas atteindre cet objectif ? Ou je ne peux pas effectuer cette tâche ?… Autant de mots qui nous inhibent et nous barre la route sur le chemin de notre carrière.

Ils nous enferment dans une vision étroite de nous-mêmes, qui nous empêche d’accéder à une multiplicité de postes qui sont à notre portée.

Si nous sommes enclins à nous référer à des “je ne peux pas », c’est parce que nous sommes convaincus que cela rend notre monde plus agréable, plus confortable et beaucoup plus réconfortant pour notre esprit, car cela – nous dédouane d’essayer et d’avoir à échouer.

Le concept du “je ne peux pas” n’est rien d’autre qu’un mensonge que nous utilisons comme excuse pour ne pas essayer de faire quelque chose.

C’est le moyen que nous avons développé pour refouler notre peur d’entreprendre une action qui pourrait mettre notre carrière en danger.

“Si vous n’échouez jamais, c’est que vous ne prenez pas suffisamment de risques : vous restez dans votre zone de confort. L’échec nous offre une opportunité de nous dépasser, de trouver des solutions et de nous améliorer.” Yaron Herman

Une autre raison pour laquelle nous sommes réceptifs au concept du “je ne peux pas”

Cela nous demande des efforts pour réaliser nos « je ne peux pas »

Les excuses que nous nous murmurons nous évitent de nous mettre à l’épreuve, de nous engager envers un objectif. D’avoir à travailler et se concentrer davantage, plus longtemps, plus régulièrement, en faisant preuve de plus de discipline que quiconque.

Qu’importe la raison, l’excuse ou la justification que vous vous trouvez, chaque fois que vous vous  dites “je ne peux pas” que vous abandonnez parce que cela demande trop d’effort, vous renforcez ce mensonge.

Comme le dit Michael Jordan « Tout le monde a du talent, mais la capacité demande un travail acharné.

Alors quel est le problème, docteur ?

Selon une étude réalisée par le docteur Barbara Fredrickson, chercheuse en psychologie positive à l’université de Caroline du Nord.

Les émotions négatives programment le cerveau à accomplir une action spécifique. Par exemple, si vous souffrez de la peur d’échouer, toute votre énergie est investie dans le contrôle de cette peur que vous tenté de refouler au lieu de l’investir dans le processus qui vous mènera à un meilleur emploi, mieux rémunéré.

Prenons un autre exemple : une rencontre fortuite avec un tigre.

Si un tigre croise votre chemin, vous courez. Vous êtes complètement concentré sur le Tigre, la peur qu’il engendre et les moyens de fuir. Les émotions négatives nous poussent à réduire l’éventail des actions possibles. Elles nous réduisent au désir de fuir le tigre et plus rien d’autre n’a d’importance.

Quand nous laissons les émotions négatives (comme les croyances limitantes) nous contrôler, nous fonctionnons en mode survie et sommes donc réduits à quelques possibilités seulement.

Comment s’en libérer ?

Accepter d’échouer et vous n’aurez plus peur de l’échec. Vous serez alors plus enclin à vous investir et à persévérer pour réussir.

En prenant conscience de la terreur que vous ressentez à l’idée d’échouer, vous vous libérez des “je ne peux pas”. Voilà le secret : en acceptant l’idée de l’échec, vous vous offrez la chance de vivre pleinement votre carrière professionnelle.

Mais tant que vous n’êtes pas prêt à accepter et à voir ce qu’est réellement un échec, c’est-à-dire, une leçon, une manière (peut-être) brutale d’apprendre quelque chose. Vous ne serez pas disponible pour réussir votre carrière. Nous ne recevons rien de plus que ce que nous croyons mériter.

Alors arrêtez de vous mentir, bien sûr que vous pouvez.

La prochaine fois que votre boss, votre manager, votre chef ou qui vous voulez, vous demande de vous occuper de quelque chose qui vous sort de votre zone e confort, ACCEPTEZ, ne vous mentez pas à vous-même.

Prenez ce risque. (qui au passage n’en aie pas un)

Et pour mettre toutes les chances de votre côté…

Persévérer, accepter d’échouer, persévérer, échouer à nouveau, continuer à persévérer… Échouer, persévérer. 

Cela n’a pas de fin.

Obtenez les dernières parutions dans votre boîte Email

Rejoignez 10 000 lecteurs quotidien