La soif de reconnaissance le facteur qui change tout

Il existe un facteur commun aux individus, aux relations, aux équipes, aux familles, et à toutes cultures du monde. C’est en apparence une chose de peu d’importance –une chose insignifiante, mais dont la suppression peut détruire l’amitié la plus solide, briser le caractère le plus trempé. 

En revanche, si elle est exploitée au maximum, cette chose-là a le pouvoir de motiver et d’influencer n’importe qui dans tous les aspects de la vie. 

 Pourtant, c’est la moins comprise, la plus négligée et la plus sous-estimée des possibilités. 

Cette petite chose, c’est la soif de reconnaissance. 

Tout le monde a besoin de reconnaissance 

A quelques exceptions pathologiques près, ont à tous un besoin d’attention, d’importance, d’appréciation et de reconnaissance. 

Le président de la République élu, la reconnaissance de son peuple 

Le patron, celui de ses salariés 

L’acteur, celui de ses fans, 

Le salarié, la reconnaissance de son travail. 

 Et vous ? 

Quel est votre soif de reconnaissance ? 

Le problème de beaucoup de personnes, c’est que les signes de reconnaissance sont un besoin qui constitue leur bien-être. 

De ce fait, leur efficacité, leur humeur, leur interaction sociale varient en fonction des stimulations positives ou négatives qu’ils reçoivent. 

De plus, l’idée de flatter leur ego par le regard des autres et la dominante qui conduit leur action

Le commercial qui perd son efficacité  quand un client et virulent 

Le manager qui veut être aimé de ses collaborateurs n’ose pas dire non. 

L’ami qui ne prend jamais de décision de peur de décevoir. 

C’est l’adolescent qui cherche sa singularité pour attirer l’attention de ses parents par ses différences et son excentricité. 

Mais revenons à nous : quel est notre soif de reconnaissance ? 

Si tu es comme moi, ton sens premier est de se réaliser soi-même. 

C’est-à-dire, devenir ce que l’on est au plus profond de soi. 

En allant plus loin que la facilité à s’accomplir dans le regard des autres. 

La plupart des gens sont obsédés par le regard des autres 

Ils sont toujours à la recherche de signe d’approbation. 

Ils agissent pour obtenir une reconnaissance de ceux qui les entourent. 

Mais ils ont oublié que ce sont les émotions nées de l’interprétation de ces besoins de reconnaissances

qui déséquilibrent leur état d’esprit et affaiblissent leur énergie. 

Ils se comportent comme un enfant qui veut l’attention de sa maman. 

Quand ils sont stimulés, reconnus, complimentés, encouragés, ils développent une énergie positive

Mais quand ils n’ont pas l’attention qu’ils estiment, l’énergie positive laisse place à la dévalorisation, mal-être avec soi-même et les autres. 

Et cette frustration génère un sentiment d’infériorité, de faiblesse et d’impuissance. 

Et nous entraîne vers un découragement ou vers un comportement névrotique. 

Quand j’ai commencé à travailler,  

Je recherchais en permanence des signes de reconnaissance de la part de mon responsable. 

Je me souviens de ce jeune homme dévoué et compétent (moi), qui passait ces journées à établir des plans de voirie. 

À l’époque, j’étais débutant dans ce métier. 

Pendant les premiers mois de mon travail,  

Mon employeur m’a nourri aux signes de reconnaissance positifs.  

« Bravo pour le rendu de tes plans, 

J’apprécie ton investissement  sur ce projet » 

Jusqu’au jour où malgré mon énergie et mon engagement les signes de reconnaissance sont devenus plus rares. 

C’est ridicule, mais j’en étais devenu jaloux et envieux quand mon responsable donnait des marques d’attentions à d’autres collaborateurs. 

Et le problème 

C’est que faute de pouvoir nous nourrir de stimulations positives,  

Nous recherchons des stimulations négatives de substitution. 

Et là – attention danger – cela peut devenir une drogue. 

Une drogue qui nous fait inlassablement rechercher des stimulations négatives 

Car on a l’avantage de savoir comment les obtenir. 

L’idée à laquelle je voulais t’amener est celle-ci : 

La vraie reconnaissance est de se réaliser soi-même. 

Et cela s’obtient en s’offrant l’entière liberté d’être ce que vous devez être. 

La liberté de penser, d’agir, de se dépasser soi-même. 

Et pour cela, il faut un esprit libre, débarrassé du jugement des autres. 

La véritable soif de reconnaissance trouve son épanouissement par le dépassement de ses propres limites. 

Il faut faire barrage à la tentation vaniteuse des autres de vous transformer en le reflet de leur propre valeur. 

À partir de maintenant, préoccupez-vous d’acquérir un mental de vainqueur  

En ayant le courage et la force de caractère de renoncer à la soif de reconnaissance 

Pour laisser place à la volonté de se diriger soi-même. 

La volonté demande du courage 

C’est la marque des champions, des vainqueurs,

de ceux que l’on admire parce qu’ils ont surmonté les sentiments qui viennent généralement affaiblir la plupart d’entre nous. 

Le jour où vous dépassez, spontanément, la question du besoin de reconnaissance 

Vous vous acceptez vous-même. 

Savoir s’accepter tel que l’on est, sans intervention des autres, 

Voilà la force de caractère qui force le respect. 

Pour finir, gardez à l’esprit les paroles de Jacques H. Paget : 

Soyez toujours conscient que personne ne connaît les motifs de son existence, 

Mais que si la vie nous est donnée, 

C’est qu’il y a certainement une excellente raison. 




1 Comment

  1. Pingback: Le besoin de reconnaissance un dérivé du syndrome de Stockholm ! - Revolutionnezvotrecarriere

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.