Comment mener des conversations difficiles

Les relations au travail peuvent parfois être brutales. Cela ne signifie pas pour autant que l’on doive s’emporter et laisser sortir le monstre qui sommeille en nous.  

J’avoue que cela devient délicat lorsque qu’on doit traiter avec des gens que l’on n’aime pas, avec lesquels ont à eu des mots dans le passé, qui se sont montrés grossiers ou désagréables avec nous.  

Pourtant, c’est avec cela que l’on doit montrer notre grandeur en employant des outils et des méthodes qui permettent d’aborder et de régler tous les sujet qui fâchent. 

Quel que soit le désagrément qui vous oppose, les personnes les plus grossières et les plus désagréables ont du mal à se montrer impolies lorsque que l’on reste cordial.  

Malgré les noms d’oiseaux que votre interlocuteur vous aboi, si vous abordez toujours un sourire, rester ouvert, vous vous apercevrez qu’ils n’ont tout simplement pas d’autre choix que de vous répondre de la même manière.

Le plus complexe dans une conversation difficile, c’est d’être capable de gérer ses émotions.

On a tous une fois démarré une conversation difficile avec un fort penchant émotionnel (colère, rancune…).

Il y a de forte chance que la conversation se soit fini dans un bain de sang de critique personnel. Ne pas se laisser déborder par l’émotionnelle relève d’une grande maîtrise relationnelle en vers soi-même.

Vous devez apprendre tout ce que vous pouvez sur l’art des conversations difficiles. Voici quelques conseils : 

Notre état d’esprit influence notre perception de la discussion.

Si vous êtes d’avance persuader que cela va partir en cacahouète, cela le sera probablement. A contrario, si vous envisager de rester positif, cela sera certainement le cas. Examiner votre attitude et modifier là pour être le plus efficace possible.

Orienter la discussion sur le problème, plutôt que sur la personne responsable du problème.

Cela permet d’éviter à votre interlocuteur de se mettre sur la défensive et que la conversation ne deviennent pas un reproche personnel (affect) le but de cette approche et de rester focus sur la recherche d’une solution afin d’éviter le conflit de personnalité qui les oppose. (éviter de rentrer dans l’émotion)

Montrez-vous vraiment intéressé et écoutez ce que l’on vous raconte avec une attention sincère et ouverte.

Bien, souvent, dans une conversation difficile, on décroche complétement du discours de notre interlocuteur, et on ne fait que réagir bruyamment à certains mots. Écoutez-les avec respect, et surtout sans les interrompre, pour permettre de vider leur sac. Ils se sentiront écoutés : cela les calmera.

Prenez des notes

C’est un truc que je fais à chaque fois. Cela montre que vous écoutez, cela apaise votre interlocuteur, cela envoi comme un message fort et que vous vous intéressez réellement son problème.. Mais surtout cela permet de se resservir par la suite ce qui vous a été dit.

Impliquez-vous personnellement pour trouver une solution.

Vous devez proposer et être à l’initiative d’un début de solution. Vous ne devez pas laisser partir la personne sans avoir initié une ouverture. Par exemple : ce que je vous propose dans un premier temps, c’est de…

Vous devez lui montrer que vous cherchez réellement à trouver une solution. Ne le laissez pas penser que vous vous foutez de son problème.

Tenez-vous en à ce qui a été convenu.

Faites ce que vous avez dit, ni plus ni moins. Ne dérivez pas de la feuille de route. Si vous vous êtes engagé sur une procédure, une date, un montant, respectez votre parole. Ne changez pas d’avis en chemin.

Éviter toute critique

Lorsque des attaques personnelles s’ajoutent dans un désaccord, la discussion se charge en émotions. Ce qui transforme la discussion en règlement de comptes personnel. Éviter à tout prix le jugement, même si l’autre partie a tendance à vous critiquer. Restez maître de vous-même. Évitez toute critique. Concentrez-vous sur la résolution de problème.

Soyez précis

Chacun interprète à sa façon les termes vagues. Si vous dites que vous occupez de ce problème rapidement, peut-être qu’on s’attendra qui soit résolu dans la journée, alors que, pour vous, « rapidement » désigne la fin de la semaine. Soyez le plus précis pour ne pas décevoir.

Respecter les silences

Parler lentement, est une arme importante lors de discussion difficile. Cela peut être difficile selon l’enjeu, mais il est essentiel de modérer son ton de voix et de laisser des silences entre vos phrases. Cela permet à la partie adverse d’assimiler ce que vous dites. Marquer des pauses, vous permet une écoute active ; d’adapter vos réponses à leurs réactions. Ainsi que de rester calme. Un ralentissement de la conversation vous permet de lire et d’interpréter les réactions des autres afin de mieux choisir vos mots.

Lorsque vous pressentez des tensions entre un collègue et vous, mettez les choses au clair avant que le conflit ne prenne de l’ampleur. Plus vous laisserez la situation dégénérer, plus elle sera difficile à résoudre.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.