Comment déléguer intelligemment

Lorsque vous êtes en entreprise, il arrive un moment ou on ne peut plus tout faire tout seul. Même si nos compétences, notre motivation et notre dynamisme professionnels sont exceptionnel. Il nous faudra donc utiliser d’autres moyens pour nous montrer davantage efficaces. Vous devrez alors partager vos objectifs avec votre équipe. Et pour cela vous allez déléguer.

Énormément de managers pensent déléguer intelligemment. Seulement ce qu’ils font en réalité, c’est sous-traiter des tâches et exercer un contrôle sur chaque fait et geste de leurs collaborateurs.

Il faut bien comprendre qu’il existe une différence entre sous traités et déléguer.

Quand je parle de sous-traitance, j’exprime une sous-traitance interne, tâche réalisée par les salariés de l’entreprise. Ne pas confondre avec de la sous-traitance externe réaliser par une entreprise prestataire.

Une différence de taille

La sous-traitance

Ce que l’on attend par sous-traiter correspond à réaliser purement et simplement une tache donnée. La personne à laquelle on sous-traite une tâche s’engage sur la conformité de son exécution par rapport aux directives du commanditaire.

Les limites du management par la sous-traitance :

  • situation de dépendance vis-à-vis du commanditaire
  • position de faiblesse, car il subit la concurrence de ses confrères qui peuvent réaliser les mêmes tâches.
  • Doit s’adapter en permanence parce que les commanditaires changent de personnes, et de méthode de travail.
  • Compétences sont restreintes au sein de l’entreprise.
  • Pas ou peu d’autonomie
  • Pas d’initiative
  • Le sentiment moins important d’appartenance projet
  • De faibles investissements qui engendrent peu d’innovation
  • Un manque d’information et de transparence
  • Le travail y est plus contrôlé et plus normé
  • L’ambiance de travail est moins bonne, car salariés expriment une moins grande satisfaction du travail.
  • En cas de récession les collaborateurs avec peu de valeur ajoutée sont souvent les premières victimes,

J’ai bien connu cette situation pour avoir travaillé avec un chef de service qui employé cette méthode de management.

Je ne disposer d’aucune visibilité sur mon travail, j’été toujours en attende qu’il alimente ma charge de travail. Ca été vraiment une période difficile pour moi, ou le sentiment d’être insignifiant, l’impression de ne pas pouvoir avancer et de régresser vers l’inefficacité me ronger chaque jour un peu plus.

Déléguer

Déléguer correspond à confier à vos subordonnés des missions à part entière et des responsabilités. Et par principe transférer la part d’autorité indispensable à la réalisation de la mission.

Dans son livre Les 100 règles d’or du management Richard Templar décrit parfaitement ce que doit être l’art de déléguer :

« Le bon manager sait qu’il gère des évènements, des procèdes, des situations, des stratégies, mais pas des gens. Imaginons que vous avez un grand jardin et décidez d’embaucher un jardinier. Est-ce que vous gérez le jardinier ? Non. Il se gère très bien tout seul. Votre travail consiste à gérer le jardin. Vous décidez quoi planter, où et quand. Le jardinier devient un outil dans le jardin. Au même titre que la pelle ou la brouette, un outil à votre disposition pour gérer efficacement votre jardin. Mais vous ne gérez pas le jardinier. Il se gère lui-même. Vous lui donnez vos instructions et il se débrouille avec elles. Vous déléguez et il creuse, bêche, plante coupe, entretien et désherbe. »

Votre rôle en tant que manager et d’élaborer une stratégie à long terme, d’avoir une vue d’ensemble de la situation et de planifier le travail pour le reste de l’année.

Voici une définition du rôle de manager ou de toute personne qui gère des équipes :

  • Le rôle du manager et de conduire une équipe de travail en définissant les priorités et les méthodes permettant de réaliser les objectifs d’une entreprise.
  • Le métier de manager consiste à conduire, dans un contexte donné, un groupe de personnes ayant à atteindre en commun des objectifs fixés.

On se rend bien compte au travers des deux définitions que l’art de déléguer consiste à obtenir un résultat et non des taches à réaliser.

On délègue un résulta à obtenir, pas des taches à réaliser.

Les avantages de délégués intelligemment :

  • c’est optimiser son temps : les problèmes que vos subordonnés peuvent régler à votre place
  • c’est former : Vous habituez vos subordonnés à décider et à exercer leur autorité dans de nouvelles situations
  • c’est motivé : Laisser à vos subordonnés une importante liberté d’initiative et d’autonomie ;
  • c’est responsabilisé : fixez des obligations de résultat, pas les moyens d’y parvenir
  • c’est encourager l’esprit d’initiative : fixez un objectif à atteindre et laissez la plus grande initiative possible.

Dépasser ses propres craintes

Quelquefois, la peur de ne plus contrôler la situation, de perdre du temps, que cela ne se passe pas comme on l’aurait souhaité, de devenir inutile, de l’échec d’un collaborateur, de se voir dépassé par l’équipe, de devoir gérer des demandes d’augmentation ou d’évolution, etc.) Oriente les managers vers un management de sous-traitance. Ils ont l’impression qu’ainsi il garde le contrôle, le POUVOIR. Le seul résultat qu’engendre ce type de méthode et de nuire à la productivité, l’implication, la motivation, l’innovation et à l’ambiance de l’équipe.

De plus, entretenir une pression, un contrôle permanent : inhibe complètement la part d’initiative

Déléguer ne veut pas dire : confiance aveugle, indépendance totale, pas de contrôle.

Comment déléguer intelligemment

Bien entendu, il n’existe pas de processus infaillible. Mais les étapes suivantes peuvent vous aidé pour affiné votre management.

  • Établissez des points de contrôles, assurez-vous une fois ou deux qu’il exécute leur travail comme vous le souhaitez.
  • Petit à petit confié leur plus de missions
  • Effacez-vous de plus en plus par apport aux manières de faire de vos collaborateurs et concentrez-vous sur le processus de planification.
  • Apprenez à lâcher prise. Il faut apprendre à accepter que quelqu’un aille faire le travail lentement et moins bien que vous.
  • N’imposez pas vos propres méthodes.
  • Décrivez le résultat attendu et seulement le résultat attendu.
  • Impliquer autant que possible le jardinier dans le processus de prise de décision, afin de libérer du temps pour élaborer une stratégie à long terme.
  • Conserver une vue d’ensemble de la situation.
  • Confié une tâche à faire et laisser faire
  • Ne pas passer son temps à contrôler ce qu’il fait
  • Accepter le droit à l’erreur : à condition que cela ne compromette pas la réussite de la mission ; et ne se répète pas plusieurs fois…
  • guidez, conseillez si on vous sollicite, ne découragez pas par vos critiques vexantes
  • Évitez d’intervenir en cours d’opérations, sauf à la demande expresse du subordonné

Et vous comme délégué vous ?


Pin It

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.