Carlos GHOSN, 24 leçons de management

Carlos GHOSN 24 leçons de management

Carlos GHOSN 24 leçons de management

Chronique et résumé de « Carlos GHOSN 24 leçons de management » dont chacun pourra tirer des enseignements précieux. Né au Brésil en mars 1954, Carlos Ghosn est diplômé de l’École Polytechnique et de l’École des Mines de Paris. Carlos Ghosn entre chez Renault en 1996 comme Directeur Général Adjoint. Il est aujourd’hui Président Directeur Général de Renault-Nissan-Mitsubishi.

L’efficacité des bons dirigeants « repose sur leur capacité à faire partager leur réflexion autant que leur talent à matérialiser ce que les autre cherchent à atteindre ». Un dirigeant « doit être une personnalité intègre », « aussi exigeant dans l’exécution de ses propre actions que dans celles des autres ».

Il ou elle doit être capable de « communiquer une vision et les moyens de la mettre en œuvre », de « mettre l’accent sur la bonne question plutôt que sur la bonne réponse », de « voir l’entreprise dans son ensemble » et de « comprendre à quel point le manque de communication entre les différentes fonctions de l’entreprise peut être pénalisant ».

« LA TACHE DU DIRIGEANT CONSISTE A FIXER LES OBJECTIFS, MOTIVER, COMMUNIQUER, MESURER ET FAVORISER L’EPANOUISSEMENT DES SALARIES. » 

– Carlos Ghosn –

« La direction doit diriger », ce qui n’est pas un « comportement passif d’adaptation ; diriger c’est agir pour faire en sorte d’obtenir les résultats souhaités ».

Ces concepts sont loin d’être nouveaux. Ils constituent les fondamentaux de toute formation à la gestion des entreprises mais, comme l’a écrit Drucker, sans l’expérience concrète de la direction « on peut apprendre ces choses par cœur mais on ne peut pas apprendre à les mettre en œuvre ».

« J’ai appris les fondamentaux du monde des affaires sur le tas. Et les fondamentaux sont, eh bien, fondamentaux. »

Tenez-vous en à cinq principes fondamentaux

Une vision claire

Il s’agit de la direction définie par le management et dont le but est de guider les activités de l’entreprise.

  • Cibles et engagements
  • La nécessité de disposer d’un plan clair, logique et précis.
  • Transparence.
  • Faire preuve d’une transparence totale pour établir leur crédibilité, restaurer la confiance et renforcer la motivation.
  • Un marketing qui a du sens et des produits attrayants

Les ressources marketing doivent aussi être correctement mises à contribution afin de mettre en valeur les caractéristiques et les avantages de chaque produit et aider le client à apprécier son caractère unique.

Un management orienté vers les résultats.

Même si vous êtes sur la bonne voie, vous courez le risque de rencontrer des difficultés si vous restez immobile. Si vous ne faites pas preuve d’anticipations, vous pouvez être certain que quelqu’un d’autre le fera, et il n’y a pas de doute qu’il s’agira d’un concurrent.

« Mettre l’accent sur les priorités vous permettra d’agir sur les facteurs les plus déterminants pour votre organisation. Si vous faites du bon boulot sur des facteurs peu pertinents, vous gaspillez du temps, des compétences, de l’énergie et des ressources. »

Ne fabriquez pas seulement des produits, créez de la valeur

Quel que soit l’objet de votre société, que vous fournissiez un produit ou un service, que vous travailliez dans une structure à but lucratif ou non, toute organisation existe dans l’intention de créer de la valeur à long terme pour ses actionnaires.

« La performance d’une entreprise se mesure de la même façon aux Etat Unis, au japon, en Europe, en chine ou sur tout autre marché. La qualité, les coûts et les délais de livraison ont le même sens partout dans le monde entier.  Nous faisons nos comptes de façon identique. Les mêmes chiffres correspondent aux mêmes valeurs. Au final, quel que soit le fuseau horaire, la création de valeur est l’aune qui permet de mesurer l’efficacité. »

Préférez la rentabilité aux parts de marché

Gagner des parts de marché est un objectif à court terme. Devenu un but en encesoi, le gain de parts de marché entraîne l’entreprise à oublier de se demander si elle mérite réellement d’atteindre un tel objectif. Les parts de marché sont ou devraient être une conséquence : le résultat de produits attrayants, d’une excellente technologie, d’une qualité haut de gamme, de coûts compétitifs et de l’ensemble des forces conjuguées d’une société.

La rentabilité, en revanche, confère la liberté d’investir dans des opportunités, de développer de nouvelles technologies pour l’avenir, de créer des produits et des services séduisants, d’attirer, de retenir, de former et de rétribuer les meilleures compétences. Et d’apporter une contribution utile à la société :

Privilégiez les bénéfices, si votre entreprise ne génère pas de bénéfices, c’est que quelque chose ne fonctionne pas correctement.

N’accordez pas la priorité aux parts de marché. Elles ne sont que le résultat du bon fonctionnement de votre entreprise.

« Le bénéfice est la preuve que vous faites les choses correctement. »

Ne faites pas le vide autour de vous, formez des successeurs potentiels

On n’apprend pas à diriger dans les livres. Pour apprendre, il est essentiel de « faire ». Et plus les circonstances sont difficiles, plus il y a de choses à apprendre. Les défis permettent aux individus de comprendre ce dont ils sont capables. Et l’expérience professionnelle dans différents secteurs, différents pays leur permet d’élargir leurs horizons.

La direction d’une entreprise exige non seulement des prises de décision mais aussi de l’accompagnement. Ghosn compare son rôle de dirigeant à celui d’un « coach ». La difficulté de ma mission du coach consiste à accompagner et à conseiller les autres. S’il souhaite que son équipe joue un bon match et accède à la victoire, le coach doit réussir à motiver ses joueurs, ou plutôt ses salariés dans le contexte qui nous intéresse.

  • Formez les successeurs de demain des aujourd’huis. N’attendez pas qu’il soit trop tard. Cessez de croire qu’il y aura toujours quelqu’un de l’extérieur qui viendra sauver l’entreprise en période de crise.
  • Les bons dirigeants ne se font pas du jour au lendemain. L’expérience est une composante essentielle d’un bon dirigeant. Rappelez-vous : le leadership s’apprend grâce à l’action.
  • Un bon leader doit être un bon coach. Les dirigeants doivent penser à l’avenir tout en travaillant pour le présent.

Ne compliquez pas les choses, allez à la simplicité

Si vous voulez être sur que votre message soit bien compris, rendez-le le plus simple possible. Si les gens comprennent bien votre message, ils sauront comment agir. En d’autres termes, un dirigeant d’entreprise qui ignore comment faire passer son message est inutile.

« L’amateur s’efforce de compliquer un problème ; le professionnel cherche à le clarifier »

Ecoutez d’abord, réfléchissez ensuite.

Exprimez vos pensées de la manière la plus transparente possible, n’hésitez pas à simplifier.

« Personne ne naît doté d’excellentes compétences en communication. Il n’est possible d’apprendre qu’en écoutant d’abord les autres. »

Développez une vision

La vision n’est que le tableau de ce ç quoi les choses pourraient ressembler à long terme, c’est-à-dire dans 15 à 20 ans.

Si vous commencez la construction de quelque chose d’important, élaborer une vision pour soutenir ce projet vous sera extrêmement utile.

Une vision claire pour l’avenir suscite la motivation, elle-même moteur de la performance laquelle donne des résultats qui, à leur tour, alimente la motivation, qui mène à l’amélioration de la performance.

« Le seul pouvoir que possède le dirigeant c’est celui de motiver. Tout le reste est anecdotique. »

Regardez vers l’intérieur

La première mission de Ghosn a consisté à amener les salariés de Nissan à comprendre que les problèmes auxquels ils étaient confrontés étaient de nature « interne ». L’organisation souffrait de nombreux disfonctionnement, affectant chacun des domaines de l’activité. Il fallait donc réparer ce qui n’allait pas de l’intérieur de l’entreprise. Pour cela, il fallait modifier le comportement de l’état d’esprit des salariés, depuis la direction jusqu’à l’atelier.

Dans les moments difficiles, vos salaries doivent vous épauler à 100%. Ne jamais oublié l’importance de la communication et la nécessité de faire passer son message à tous les niveaux de l’entreprise.

Une vision doit être claire afin d’être comprise et partagé par tous. Il sait que si les personnes ne sont pas convaincues que le changement peut améliorer leur situation, la plupart d’entre elles ne feront pas l’effort de changer, et encor moins de passer à l’étape suivante.

  • Une vision claire doit être construite et elle doit être partagée par tous.
  • Un plan crédible destiné à guider la société doit être développé

Etablissez un plan

Une fois la vision stratégique définie, vous aurez besoin d’un plan crédible pour conduire vos actions. Mais disposer d’un plan ne signifie pas grand-chose en soi. Lorsque vous aurez identifié les changements nécessaires, vous devrez agir de manière systématique et déterminée afin d’atteindre vos objectifs.

  • Approchez les problèmes de manière transversale. C’est à l’intersection des différentes fonctions que vous trouverez le potentiel le plus important
  • Le plan mène à l’action. Une fois que vous saurez ce qui doit être fait, agissez.
« Un plan n’a de sens que lorsqu’il mène à l’action. »

Sachez relativiser les résultats financiers pour prendre des décisions

Un chef d’entreprise doit par fois savoir détourner son regard du résulta net et prendre des décisions fondées sur d’autres éléments.

  • Tous les actifs ne sont pas matériels. Parmi les plus précieux, certain ne sont pas visibles, ce qui signifie pas qu »ils n’existent pas, ni que l’on peut négliger de leur octroyer la place qu’ils méritent.
  • Regarder au-delà des bénéfices à court terme. Ces derniers sont évidemment nécessaires mais il faut parfois savoir renoncer à quelque chose aujourd’hui, pour obtenir un retour plus important.

Apprenez la patience

  • Soyez patient. Derrière chaque chose il existe un processus. Franchissez les étapes l’une après l’autre. Si vous essayez de sauter l’une des étapes, vous risquez le dérapage et la chute.
  • Chaque chose met en œuvre un cycle naturel. Vous pouvez essayer d’accélérer le processus, mais vous ne pourrez pas changez la nature des choses.
« En affaires il y a un temps pour investir, un temps pour faire preuve de patience et un temps pour produire. Certaines choses devront être suivies et contrôlées afin de ne pas risquer de perdre votre investissement. »

Saisissez les opportunités

Souvent dans les affaires comme dans la vie, à la lumière de nouvelles opportunités, vous vous verrez déviez petit à petit de votre objectif final.

  • Ayez de bonnes raisons pour faire ce que vous faites. Si vous êtes sensibles à ce qui se passe autour de vous, vous identifierez les opportunités. Les changements importants peuvent paraître intimidants, mais une fois que vous aurez pris votre décision, assumez-la et ne regardez jamais en arrière.
« Les opportunités sont toujours là, même si certaines personnes choisissent de ne pas les voir ou de ne pas les accepter.

Obtenez des évaluations précises

L’image que vous voyez est floue, mais c’est à partir d’elle que vous devrez systématiquement reconstituer ce à quoi le paysage devrait ressembler, ce que vous devriez voir.

  • Le suivi doit être permanent. Un problème peut survenir à tout instant. Vous devez surveiller ce qui se passe et, si un problème survient, vous devez l’affrontez et le résoudre toutes affaires cessantes.
  • Vous avez besoin de connaître les détails. A défaut d’évaluations précises, votre jugement sera faussé.
« Il n’existe pas un seul détail dans une entreprise en crise que son président puise se permettre d’ignorer. Ce dernier doit savoir quel processus boostent son activité ou au contraire la freinent »

Rien n’est jamais définitivement gagné

Théorie de Peter Drucker « la domination du marché engendre une énorme résistance interne à tout innovation et rend l’adaptation au changement dangereusement difficile. »

Pour Ghosn, certaines personnes ont une capacité innée à surmonter la complaisance, et le devoir du dirigeant est de faire émerger cette capacité au grand jour pour libérer le potentiel encor inexploité des individus.

  • Ne fuyez pas la concurrence. Quels que soient les avantages initiaux, cette fuite s’avère négative sur le long terme. La pression exercée par l’extérieur force les individus à changer, à mettre en œuvre des progrès ou des améliorations.
« Les objectif exigeants sont des armes qui permettent de lutter contre la complaisance et l’arrogance. »

Motivez !

pour Carlos Ghosn, les salariés sont l’atout le plus précieux d’une entreprise. «Comment permettre aux personnes mais aussi à la structure qui les emploie de tirer parti de cet atout ? »

Première étape consiste à motiver les gens. Ils doivent rêver d’aventure, de vision, de destination et de tout ce qu’ils aimeraient faire de leur vie.

« Si vous voulez construire un bateau, il est inutile de donner des ordres et de répartir le travail. Donnez simplement aux hommes l’envie de partir à la découverte de mers lointaines » (Saint-Exupéry ; ce sont les ouvriers qui doivent construire le bateau, et les salariés peuvent apporter les changements nécessaires pour rendre l’entreprise rentable.

Elles doivent percevoir clairement les visions qui traduisent leurs souhaits pour leur famille, leur ville, entreprise ou pays.

Tout comme la confiance, la motivation n’est pas un produit de la volonté. S’ils ne sont pas motivés, vous risquer de tout perdre.

Il est possible d’accomplir des choses difficiles, voire supposées impossible, des lors que vous touchez l’esprit et le cœur des gens en les incitant à passer à l’étape suivante.

  • Lorsque les gens sont motivés, leurs accomplissements peuvent être remarquables.
  • Les êtres hors du commun sont des êtres ordinaires dotés d’une détermination extraordinaire.
  • Lorsque les personnes sont déterminées à surmonter leurs difficultés et à prouver ce dont elles sont capables, leurs résultats sont effectivement grandioses.
« Il n’y a aucune formule secrète derrière le redressement des entreprises, mais plutôt un dénominateur commun : la motivation du personnel. »

Le management doit monter au créneau

Si vous cherchez à dissimuler les problèmes, vous ne résoudrez rien du tout, et vous n’éviterez pas la débâcle. Posez les problèmes ouvertement, parlez-en et trouvez leurs des solutions.

  • Jouez la transparence. La direction doit savoir ce qui se passe à l’atelier, et les employés de l’atelier ont besoin de connaître ce qui se passe ailleurs dans l’entreprise.

Cassez le moule

  • Remettez en question les veilles méthodes. Faites en sorte que les personnes représentant des fonctions différentes se parlent. Aucun problème ne peut être résolu par une fonction seule.
« Si l’on veut réussir, la compétition sur le marché international exige désormais une collaboration entre personnes ayant des compétences multiples, issues de cultures différentes. »

Gagnez en intensité

  • Attaquez-vous aux priorités. Remettez de l’ordre, identifiez et privilégiez les questions essentielles d’abord.
  • Intensifiez les exigences, y compris lorsque l’harmonie règne. Réfléchissez à de nouveaux défis ou niveau à atteindre.
« L’intensification des exigences doit venir d’en haut. »

Poussez votre entreprise à se dépasser

Si vous fixez un objectif « conservateur », c’est tout ce que vous réussirez à atteindre. Le potentiel de l’entreprise ne sera ni libéré ni accru

Il estime qu’une entreprise doit être incitée à se dépasser, que les salariés doivent s’épanouir et que vous devez faire preuve d’ambition.

L’importance de la mise en œuvre

Une décision sera bonne ou mauvaise selon la façon dont elle aura été mise en œuvre. Une idée peut avoir déjà été tentée par le passé avec des résultats désastreux. Cela ne signifie pas que l’idée en elle-même n’était pas bonne, il se peut que la mise en œuvre ait laissé à désirer.

  • Remettez en chantier votre plan, d’une manière différente. N’abandonnez jamais sur un premier échec.
  • La mise en œuvre est primordiale. C’est la façon dont vous accomplissez les choses qui fait toute la différence.

Déléguez !

« Devant toi, l’océan est menaçant, m’a-t-on dit. Tu es libre de diriger le voilier à ta façon. Tu peux longer le rivage si tu le souhaites. Mais tu peux aussi mettre le cap sur des mers inconnues. A toi de jouer. »

Oubliez toute idée préconçue. Commencez toujours par prendre une page blanche.

Laissez à vos salariés suffisamment d’espaces pour qu’ils puissent commettre leurs propres erreurs. Accompagnez-les et soutenez-les, mais octroyez-leur une marge de manœuvre suffisante. Une fois qu’ils auront été préparés à leur mission, donnez-leur de l’autonomie.

Définissez clairement les priorités

La confusion nait lorsque les personnes ne saisissent pas clairement quelles sont les priorités. La responsabilité du management est de développer le potentiel de la société, de s’occuper de l’entreprise, de son personnel et de la situation dans laquelle se trouve celle-ci. Sa mission consiste à obtenir le meilleur de l’entreprise et de son personnel.

  • Définissez clairement vos priorités. Que chacun à l’intérieur de l’entreprise les connaisse ainsi que les objectifs qui doivent être atteints.
« Si vous occupez un poste à responsabilités, vous devrez commencer par analyser de façon objective la situation à laquelle vous êtes effectivement confronté, et non la situation que vous auriez souhaité trouver. »

La rétribution de la performance

  • Construisez à partir des points forts. Rétribuez ceux qui excellent. Les personnes ont besoin d’être motivées pour travailler mieux.
« Un système de compensations et de promotions basé sur la performance crée un climat sain chez les salariés car il permet de rétribuer les personnes en fonction de leurs contributions, leur valeur n’étant plus définie par apport à leur âge ou à leur sexe. »

la compétence professionnelle

  • Efforcez-vous de satisfaire les quatre principaux groupes de partenaires de l’entreprise. Une entreprise « excellente » est attentive aux actionnaires, à ses clients, à ses salariés et à la société dans son ensemble.
  • Les décisions de gestion et de management doivent être exclusivement fondées sur la création de valeur et en fonction des priorités. L’émotion relève de la sphère privée et ne doit pas affecter les décisions que vous prenez.
« Lorsqu’on à choisi de me placer à la tête de Nissan, on m’a recruté pour apporter des solutions aux problèmes de l’entreprise. On m’a demandé de redresser la société et de lui éviter la faillite. On n’attendait pas de moi un étalage d’émotions ou d’angoisses post-décisionnelles. J’ai été recruté pour préserver l’entreprise. »

L’importance de certains détails

Quel que soient l’importance des problèmes que nous devons affronter tous les jours, il ne faut jamais oublier que certains détails peuvent être déterminants.

  • Ne négligez pas les petites choses. Certaines pourront vous paraître insignifiantes, mais vous pourrez tirer des leçons y compris des choses les plus infimes.
« Je suis présent là où ça fait mal. Ou que soit le problème. C’est la qu’est la place du président. »

Avis :

Le livre et simple et direct, il se lit rapidement. Il reprend les fondamentaux du management. les leçons sont applicable dans la plupart des entreprise. Il transcrit une vision sur le management que je partage dans l’ensemble, je recommande ce livre à tous les manager ou futur manager.


Pin It

Incoming search terms:

  • carlos ghosn style de management
  • carlos goshn entrepreneur ou manager
  • carlos goshn leadership
  • livre carlos ghosn

3 Comments

  1. anouk

    HYPER INTERESSANT

    Reply
  2. Jean-marc Tchianika

    L’expertise de carlos ghosn est le meilleur

    Reply
  3. Pingback: L’opportuniste – 366 jours

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.