Bâtir une vision pour redonner du sens à sa carrière professionnelle

Dans mon précédent post “2 facteurs essentiels que vous oubliez quand vous souhaitez reprogrammer votre cerveau”
Je t’ai révélé avoir testé des dizaines de tactiques pour progresser dans ma carrière professionnelle.
Toutefois, malgré tout ce que j’avais entrepris,
Ma carrière ne décollait pas et c’était frustrant…

Alors, j’ai commencé un profond travail d’introspection; lecture, réflexion, rencontres, qui m’ont amené à comprendre une chose essentielle.
Mon problème !
Je me dispersai trop dans ma quête de croissance.
(Et c’est peut-être le tien aussi si tu n’arrives pas à faire progresser ta carrière)
Et c’était là mon erreur.

En prenant du recul, j’ai constaté que mon approche pour développer mes compétences était opportuniste et hasardeuse.
En effet, durant plusieurs années consécutives, je me suis comporté comme un animal sauvage.
Toujours en quête de nouvelle chose à apprendre.
J’avais tendance à me laisser guider par mes envies du moment
Du coup, je n’établissais aucune action ciblée vers la résolution de mon objectif.

Par exemple;
Un jour, je visionnais la dernière vidéo de Cyprien, et hop, je voulais devenir Youtubeur.
La semaine d’après, je lisais un livre sur Kilian Jornet, spécialiste entre autres de l’ultra-trail et je m’imaginais en ultra-man.
Le mois suivant, j’assistais à une conférence en leadership, je voulais devenir conférencier.
Pourtant, mon intention de départ était simplement d’apprendre de nouvelle capacité et de connaissances, mais j’en finissais plus d’en ajouter de nouvelles, si bien qu’il ne s’agissait plus d’apprendre et de pratiquer, mais juste de dévorer et d’ingurgiter des données brutes. De la même façon qu’on télécharge des données et des algorithmes sur un ordinateur.

Pour faire court, je partais dans tous les sens, mais je ne me rendais nulle part.
En définitive, c’est une erreur de vouloir être trop polyvalent,
C’est en partie ce qui explique mon manque de résultat.
Parce qu’au final, on s’en fout complètement que tu connaisses des tas de choses sur des tas de domaines variés.

La principale leçon que j’en ai retiré, c’est que le savoir ne suffit pas.
Ce qui compte, c’est de mettre en pratiques ce qu’on a appris, pour obtenir ce que l’on recherche.
Pour cela, j’avais besoin de voir loin, besoin de savoir où j’allais.
Ce qui m’a amené à me poser 4 questions fondamentales :
“Qu’est-ce que je recherche ?” “Après quoi, je cours ?” “qu’est-ce que je souhaite obtenir ?” “Comment je me vois dans 10 ans ?”

Réfléchissez-y deux minutes.
Tu vas te rendre compte que ces questions cachent une problématique : le manque de vision.
Une vision, c’est ce qui donne la direction à toutes les actions que tu entreprends.
Une vision représente l’action de voir, de matérialiser dans son esprit un avenir.
Elle s’inscrit dans un horizon de temps long ou très long.
Elle est là pour galvaniser ton énergie, te guider, t’inspirer,
Elle décrit la direction à prendre.

Réfléchis, à quand remonte la dernière fois que tu as poursuivi une vision qui t’oblige à sortir de ta zone de confort ?
Moi, jusqu’ à ce moment de révélation, jamais.
C’est ce qui m’a fait prendre conscience
Que je n’avais plus besoin de continuer à apprendre des tas de choses
(Du moins pour l’instant)

J’avais besoin de bâtir une vision
Mais comment bâtir une vision ?
Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une vision n’est pas un objectif en soi.
Cela s’apparente plus une quête de sens.
La raison d’être d’une vision repose sur la capacité à développer les qualités caractéristiques pour la réaliser.

Définir une vision est une question de visibilité.
De manière générale, nous avons un chemin bien balisé,
Avec un point de départ et des étapes intermédiaires,
C’est ce que propose l’enseignement scolaire,
Par exemple, vous voulez être docteur,
Vous allez au lycée, vous passez le bac, vous allez à fac, vous obtenez votre diplôme…

Mais quand vous réfléchissez à votre projet de vie.
C’est comme si vous vous retrouvez à l’entrée d’un labyrinthe.
Plusieurs chemins se présentent à nous, mais aucun n’est balisé,
Dans un tel contexte, rien ne garantit le résultat souhaité.
De plus, la projection dans le futur et assez souvent mal maîtrisée,
Ce qui génère angoisse et stress.
C’est ce qui explique la difficulté à définir une vision.

La clé,
C’est développer une vision émotionnelle pleine de sens, de l’endroit où on veut aller, de ce qu’on souhaite obtenir.
Comme le dit l’illustre entraîneur américain de natation Bob Bowman, “vous avez besoin d’une vision de là ou vous voulez aller, de ce que vous voulez faire, de qui vous voulez être en chemin. Autrement dit : dans votre esprit, vous devez pointer votre viseur interne en direction d’une performance, d’un résultat, d’une scène que vous voyez se dérouler à l’avenir. Une chose à laquelle vous voulez prendre part. C’est votre vision […] sans cette vision, il n’y a pas de point de départ, ni aucun moyen de dresser un plan d’attaque. Ni aucun moyen de savoir si vous avez réussi ce que vous voulez réussir.”

C’est ce qui m’a cruellement fait défaut dans mes premières années professionnelles.
Ne pas avoir en tête quelque chose de grand à entreprendre,
Ne pas juste apprendre pour apprendre…
Une image, une émotion forte, qui me pousse à continuer chaque jour.
Pourquoi ? Car nous pensons que nous sommes des êtres rationnels.
Mais la vérité, c’est que nous sommes dirigés par nos émotions.

Bâtir une vision,
Permet de ne pas faire des choix en fonction de ce qu’on vous propose, ou qu’on pense que cela sera bien pour vous.
Développer une vision n’est pas un acte rationnel, comme l’écrit Bruno Martinaud, avoir une vision est une affaire de conviction, de désir de réussir, de prouver que l’on a du talent pour le faire. Cette conviction peut prendre sa source dans un ego immodéré, un besoin psychologique de s’affirmer, une envie de démontrer. Peu importe, sa force est telle qu’elle transcende chez son porteur la perception rationnelle du risque.
Il ne s’agit pas de changer le monde, ou de vouloir être une autre personne.

Juste trouver sa raison de vivre, pour développer son plein potentiel
Le but n’est pas de devenir le plus doué pour étaler son savoir dans les dîners, mais de développer des compétences utiles et applicables immédiatement.
Pas de grand accomplissement sans vision. La vision est le moteur de toute chose. C’est ce qui vous motive.
Qui donne un sens à notre vie et lorsqu’on est habité par une vision, on a tendance à être plus efficace dans nos activités professionnelles.
En d’autres mots, créer une image du résultat final avec autant de clarté et de contenu émotionnel que possible.

La vie est longue, et tu as le temps de développer tes compétences dans n’importe quel domaine, à condition d’y travailler un peu tous les jours.
Mais pour te transcender et rester motivé au quotidien, tu auras besoin de développer une vision avec un fort pouvoir émotionnel sur toi.

Obtenez les dernières parutions dans votre boîte Email

Rejoignez 10 000 lecteurs quotidien